Le système fiscal en Espagne

L'Espagne a un système d'impôt sur le revenu progressif. Le taux d'imposition pour tous les revenus est fixé à 24 %. La principale différence entre les systèmes fiscaux espagnol et la France est que l'Espagne autorise une déduction pour les dons de charité. Un particulier qui détaille ses déductions peut déduire jusqu'à 50 % de son revenu imposable total, tandis qu'un contribuable marié peut déduire jusqu'à 100 % de son revenu imposable total. Ces déductions (qui comprennent les intérêts hypothécaires et les impôts fonciers) ne sont pas incluses dans les tranches d'imposition progressives. Il existe trois tranches d'imposition différentes en Espagne : Les revenus imposables compris entre 1 000 et 2 500 € sont imposés à 24 %. Les revenus imposables compris entre 2 500 et 3 750 € sont imposés à 25 %. Les revenus imposables supérieurs à 3 750 € sont imposés à 33 %. Les particuliers peuvent déduire une exemption personnelle pour eux-mêmes, ainsi qu'une exemption pour personne à charge pour chaque personne qui vous déclare comme personne à charge dans sa déclaration d'impôts. Vous pouvez également demander les exonérations de votre conjoint ou de vos enfants s'ils vous déclarent également comme personne à charge dans leur déclaration de revenus. Outre l'exemption personnelle, il existe deux autres exemptions dont vous pouvez bénéficier : le crédit pour l'achat d'une première maison et le crédit pour l'achat d'une deuxième maison. Vous pouvez demander ces deux crédits si vous avez accumulé des fonds propres dans votre première ou deuxième maison. Le montant de ces crédits varie d'une année à l'autre.

Le système fiscal espagnol est complexe, avec plus de 30 types de taxes et de prélèvements différents. Les impôts les plus importants sont l'"Impuesto sobre el Valor Añadido (IVA)" (taxe sur la valeur ajoutée, ou TVA), qui s'applique à la plupart des biens et services ; l'"Impuesto sobre la Renta de las Personas Físicas (IRPF)" (impôt sur le revenu, ou IR) ; et l'"Impuesto sobre Sociedades (IS)" (impôt sur les sociétés). Ces trois impôts sont prélevés sur le revenu. Il existe également d'autres impôts, tels que l'"Impuesto sobre el Incremento del Valor del Terreno" (impôt sur les biens immobiliers), qui est prélevé sur la valeur des terrains, et l'"Impuesto Municipal sobre las Ventas de Servicios" (impôt municipal sur les ventes, ou TVA), qui est prélevé sur les services tels que les courses en taxi. En outre, il existe des dizaines de taxes différentes, telles que les frais de licence pour les taxis, les péages pour les autoroutes et les frais d'immatriculation pour les automobiles. Le système fiscal espagnol est également compliqué car il est basé sur une très grande variété de taux différents. Certains taux ne s'appliquent qu'à certains types de revenus, d'autres ne s'appliquent qu'aux sociétés, d'autres encore ne s'appliquent qu'à certains types de biens.

Notre cabinet d'avocats HUERTAS et ASSOCIES est spécialisé dans le droit immobilier en Espagne et impliqué dans les transactions immobilières, de succession et des entreprises offrant des conseils personnalisés par rapport à toutes les implications juridiques pouvant survenir dans votre projet. Tous nos avocats parlent couramment la langue française. Nous sommes présents sur toutes les villes en Espagne: Rosas, Figueras, Barcelone, Valencia, Alicante, Torrevieja, Malaga, Séville, etc. N'hésitez pas à prendre contact avec notre cabinet pour toutes informations dans votre projet d'achat immobilier en Espagne. N'oubliez pas que le notaire en Espagne, ne s'occupe pas des vérifications légales et réglementaires sur la propriété, ne tombez pas dans les pièges lors de votre futur achat.